TASIC [Miodrag Tasic] est né en 1954 à Belgrade, ex Yougoslavie, a vécu jusqu’à l’adolescence à Split. Sa famille et lui-même ont émigré en 1967 pour la...

TASIC [Miodrag Tasic] est né en 1954 à Belgrade, ex Yougoslavie, a vécu jusqu’à l’adolescence à Split. Sa famille et lui-même ont émigré en 1967 pour la France. Il a vécu longtemps à Nice et à Villefranche-sur-Mer dans les Alpes- Maritimes. Il s’adonne très jeune à la sculpture, dès les années 70. Il démarre le travail à la cire perdue et le bronze à partir de 1982 dans l’atelier de Villefranche / mer

L’atelier c’est le lieu où prennent naissance toutes ces figures humaines, que crée le sculpteur.

Ici le travail, se pratique suivant les règles les plus anciennes de la sculpture qui remontent à la Haute Antiquité : travail à la cire perdue, création de l’œuvre en cire, puis fabrication de l’empreinte, qui permettra le moule en cire qui servira en fonderie à couler le bronze.

Au milieu des bronzes, les étages de créations de cires, poussiéreuses pour certaines, des morceaux de corps, bras, pieds en attente, des tables de travail, des établis, une multitude d’outils, un ordonnancement méticuleux qui préside au mystère de ce qui se passe.

Nous sommes dans la maison de l’Art au sens ancien, au sens Renaissant du terme mais aussi au sens extrêmement contemporain du mot.

L’œuvre de TASIC se nourrit de ce mélange entre un classicisme, de volume, de relief, de figuratif et l’évasion délirante vers le rêve, l’imagination d’un univers totalement inconnu.

Son immense technique, son savoir faire, sa maîtrise du geste opère la magie d’une création qui plisse, plie, tord, boursoufle contraint peaux et corps : de ces méandres, de ces formes, des chairs naissent ces créatures : des œuvres d’art.

On peut penser à des liens de filiation, avec des artistes comme Cellini, Bellmer, ou plus proches de nous César, voir même un peintre comme Bacon : reliance magique, alchimique d’une appartenance traversant le temps. N’est-ce point ce que Malraux nommait Art.

La sculpture de TASIC donne vie.

Plus